hygiene corporelle
0 8 minutes 4 mois

Le nettoyage du corps

C’est par là que commencent la santé et le bien-être. Une hygiène quotidienne appropriée procure une odeur agréable et une sensation de fraîcheur mais constitue surtout la défense de première ligne contre les attaques de microbes et de parasites qui véhiculent infections et maladies.

Avec la pandémie de Coronavirus le monde entier a dû suivre les gestes barrières. Le lavage des mains est au centre de ces petits gestes qui permettent de contenir l’épidémie de covid. Heureusement, avec l’arrivée des tests antigéniques et des vaccins nous allons enfin pouvoir passer à autre chose.

Comme nous l’avons vu en cours de sciences, les cellules cutanées naissent et meurent sur un laps de temps réduit. Les résidus qu’elles laissent sur la peau doivent être éliminés régulièrement, sinon elles risquent de former une barrière qui empêche la peau de se débarrasser, via la sueur, des toxines accumulées par l’organisme. En somme, elle ne sait alors plus «respirer».

Tout le monde à la douche

Héritée du style de vie américain, la douche matinale est entrée dans nos mœurs. Dans nos emplois du temps surchargés, c’est l’efficacité qui prime. La toilette doit durer un minimum de temps. Se laver au lavabo suffit, mais ne gagne-t-on pas du temps en sautant dans la douche pour se savonner et se rincer. Comme les parties intimes et les zones du corps les plus exposées (mains, visage, cou, pieds) doivent être lavées tous les jours, la douche quotidienne apparaît comme la solution la plus pratique.

Si la douche use moins d’eau que le bain, elle présente l’avantage supplémentaire de masser la peau en la tonifiant. Si vous préférez le bain, évitez une eau trop chaude (elle doit être comprise entre 30 et 38°C) et n’y restez pas trop longtemps (entre 10 et 15 minutes) au risque d’entraîner un relâchement excessif des tissus. Après vous être savonné (nous verrons plus loin quel savon convient le mieux), éventuellement à l’éponge, rincez-vous abondamment et séchez-vous soigneusement.

Veillez à ne pas abuser: s’il est utile d’éliminer les résidus de cellules mortes, de transpiration et de pollution, n’oubliez pas que la peau est couverte d’une fine couche lipidique qui l’hydrate en entretenant sa souplesse. Les douches ou bains trop fréquents perturbent cet équilibre et fragilisent la peau.

La jungle des produits

Même si elle est bénéfique et stimulante, la caresse de l’eau ne suffit pas à garantir l’hygiène et à éliminer les impuretés et les cellules mortes: il vous faut un produit dégraissant. C’est là que commence la lutte farouche des fabricants pour vendre leurs produits affichant une litanie d’avantages, parfums, couleurs, textures, ingrédients et autres chiffres qu’un chapitre entier, ne suffirait pas à énumérer de façon exhaustive (si tant est que ce soit possible). L’important est de savoir ce qui distingue un savon d’un autre et ce qui est réellement nécessaire pour garantir une propreté efficace tout en respectant la peau.

Des savons pour tous les goûts

Le savon traditionnel est composé de matières grasses d’origine animale ou végétale, qui réagissent avec un alcali (comme l’hydroxyde de sodium ou de potassium). Cette réaction chimique s’appelle la saponification.

Il en existe différents types, depuis le savon de Marseille traditionnel fabriqué à l’origine à partir d’huile d’olive (bien qu’aujourd’hui, on utilise parfois d’autres huiles végétales), en passant par les différents savons destinés aux travaux ménagers, jusqu’aux savons de toilette plus élaborés – le pain de savon – qui contiennent généralement plus de 80% d’acides gras, présentent des caractéristiques particulières d’aspect, de couleur ou de parfum et peuvent être moussants ou onctueux.

Outre les substances grasses qui le composent – généralement un mélange d’huile de coco et de graisse animale -, le savon de toilette contient aussi d’autres éléments, essentiellement pour des raisons publicitaires. C’est presque toujours le cas du parfum, dont le rôle est de masquer la mauvaise odeur que peuvent dégager les substances grasses utilisées pour la fabrication.

Bien que chaque savon se vante de présenter des qualités spécifiques censées le rendre désirable aux yeux des acheteurs potentiels, les études réalisées par les associations de consommateurs ont notamment montré qu’il n’existe pas de différence notable entre eux et qu’ils servent tous avant tout à nettoyer la peau, indépendamment de leurs slogans grandiloquents ou discrets, de leurs conditionnements plus ou moins élégants et de leur prix. C’est pourquoi, à qualité égale, il est inutile d’y consacrer trop d’argent.

Savons liquides pour les mains

Depuis un certain temps déjà, les savons liquides ont évincé presque complètement les savons sous forme de blocs, la prolifération de produits «spécifiques » étant telle qu’il est difficile de rester informé de toutes les nouveautés qui sortent sur le marché. En réalité, le savon liquide n’est pas un vrai savon. Il est habituellement fabriqué à partir de produits synthétiques. Son ingrédient principal est l’eau, les autres composants étant le surfactant (dissolvant qui absorbe la saleté), les conservateurs et les additifs. Nous sommes donc à cent lieues de la composition du pain de savon traditionnel.

Contrairement au savon liquide, le pain de savon assèche un peu la peau mais en contrepartie, il ne contient pas de conservateurs puisqu’il n’en a pas besoin. De plus, il génère moins de déchets puisqu’il n’est pas proposé en flacons doseurs. En fait, il n’existe pas de différence significative entre les deux: tout est une question de préférence personnelle. Il convient toutefois de tenir compte du fait que le savon liquide est plus hygiénique s’il sert à plusieurs utilisateurs. Mais il est plus cher: selon nos études, le rapport de prix est d’un pour six entre le savon liquide et le pain traditionnel.

Comment bien gérer un contrat de coemprunt ?

Gel de bain, gel de douche

Ils sont plus ou moins énergétiques, plus ou moins moussants, ils diffusent un arôme différent – mais au-delà de ces différences minimes, leur pouvoir dégraissant est normalement supérieur à celui du savon traditionnel. C’est pourquoi leur utilisation fréquente empêche la peau de reconstituer sa couche protectrice naturelle, ce qui augmente la fréquence des réactions allergiques.

Il est donc conseillé de ne pas utiliser trop de produit: un trait de gel (l’équivalent d’une cuiller à café) sur l’éponge suffit plus que largement pour se laver entièrement, d’autant qu’il ne vous faudra pas des tonnes d’eau pour bien vous rincer.

Visitez de blog